Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Huguette COURTES (15-9-1933 | 6-6-2020)

Section : Lettres - Siège : XV
Agrégée de Philosophie, Docteur d'Etat, Professeur émérite à  l'Université Paul Valéry (Montpellier III)
Elu(e) à l'Académie en 2002. Départ en 2020.
Fonctions à l'Académie : Président général de l'Académie en 2010
image membre
 
     Madame le Professeur Huguette Courtès est née à Alger le 15 septembre 1933, d’un père musicien, Lucien Jalabert, prix de trompette du Conservatoire de Paris, et d’une mère douée d’une fort belle voix, dont sa fille hérita. Brillante élève, Huguette Jalabert s’engage avec passion dans les études de philosophie, à Paris, tout en cultivant le chant et le piano. Formée par les maîtres de la Sorbonne, major du concours féminin de l’agrégation en 1955, elle fut nommée d’abord professeur au Lycée de jeunes filles de Montpellier, puis assistante à la Faculté des Lettres dès 1960, et chargée d’enseignement en 1969.
 
     Elle épousa l’année suivante Jean Courtès, professeur de latin à l’université de Reims. Tout en assumant les devoirs d’une mère de famille, Mme Courtès s’engage alors dans la rédaction d’une volumineuse thèse de doctorat d’État, sur le rôle de l’expression dans la pensée de Leibniz, alors encore mal connu en France. Professeur à l’université Paul Valéry dès février 1980, moins d’un an après sa soutenance, Madame Courtès enseigna durant vingt années, avec brio, l’Histoire de la philosophie du XVIIe siècle. Prématurément veuve, elle conduisit seule l’éducation de ses deux fils, de 16 et 14 ans, tout en rédigeant de nombreux articles savants sur les débats philosophiques de l’âge classique.
 
     Professeur à la culture considérable, elle impressionnait son auditoire par l’aisance et la précision avec lesquelles elle dominait les références érudites, et la subtilité des argumentations. Plus impressionnant encore était le contraste que formaient, avec sa vaste culture et son agilité d’esprit, la modestie et la discrétion dont elle usait dans les relations professionnelles ou amicales.
 
     Officier dans l’ordre des Palmes académiques, élue en 2002 membre de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, Mme Courtès en exerça la présidence générale en 2010. Elle a laissé aux collègues et confrères qui l’ont fréquentée le souvenir d’un grand esprit, et d’une âme distinguée.
 
Jean-François Lavigne
 

Voir aussi la réponse de Françoise Mourgue-Molines quand Huguette Courtès fit l'éloge de Michel Navratil :

https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/COURTES-ELOGE-NAVRATIL-REP-MOURGUEMOLINES-2003.pdf

  © 2022-2023 aslm. Tous droits réservés.