Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Jean-Baptiste-Henri BROCARD (12-5-1845 | 16-1-1922)

Section : Sciences - Siège : XV
Commandant du Génie
Elu(e) à l'Académie en 1886. Départ en 1889.
image membre
     
     René-Jean-Baptiste-Henri Brocard est un mathématicien français né le 12 mai 1845 à Vignot (Meuse) et mort le 16 janvier 1922 à Kensington (Angleterre). Polytechnicien et officier, commandant du génie, il est surtout connu pour ses travaux sur la géométrie moderne du triangle avec Émile Lemoine et Joseph Neuberg dans les années 1870-1880.
 
     On lui doit la construction du point, cercle, droite et angle de Brocard qui possèdent des propriétés particulières. Il s'est aussi intéressé à la météorologie, à la karstologie et à la spéléologie.
 
     Il a été fait officier de la Légion d'honneur et a obtenu les palmes académiques.
 
     Pierre René Jean Baptiste Henri Brocard est né le 12 mai 1845 à Vignot, dans la Meuse, fils d'Élizabeth Auguste Liouville et de Jean Sebastien Brocard (Comptable des lits militaires à Strasbourg). Il suit ses études secondaires au lycée de Marseille (l'actuel lycée Thiers), puis à Strasbourg où il prépare le concours d'entrée à l'École polytechnique. Il est reçu en 1865 puis est admis en 1867 à l'École d'application de l'artillerie et du génie à Fontainebleau. À la suite de la réforme militaire de 1866, il est affecté au service de météorologie de la Marine. Brocard enseigne quelque temps à Montpellier.
 
     Au début de la guerre franco-prussienne de 1870, il est affecté dans une formation de 120 000 hommes commandée par le maréchal Mac-Mahon qui marche sur Metz pour libérer l'armée du maréchal Bazaine engagée sur le Rhin. Cette armée est défaite à la bataille de Sedan le 31 août et Henri Brocard compte au nombre des 83 000 prisonniers français.
 
     Une fois libéré, il réintègre son corps d'origine tout en poursuivant son enseignement et en publiant des articles dans le journal mathématique le plus en vue de son époque : Nouvelles correspondances mathématiques (aussi appelé Nouvelles annales mathématiques). Il rejoint la Société mathématique de France en 1873, un an après sa création. En 1875, il intègre l'Association française pour l'avancement des sciences ainsi que la Société météorologique de France. Peu après, il est envoyé en Afrique du Nord, où il sert comme technicien militaire pour les forces françaises stationnées à Alger. Il est probablement le cofondateur de l'Institut Météorologique d'Alger. Brocard s'est également rendu à Oran, prise par la France en 1831.
 
     Lors de la session d'Alger, en 1881, de l'Association française pour l'avancement des sciences, Brocard présente un article de sa plume intitulé Études d'un nouveau cercle du plan du triangle. Il s'agit de son premier papier sur les points de Brocard, le cercle de Brocard et les figures de Brocard, qui portent tous son nom aujourd'hui.
 
     Brocard revient en métropole française en 1884. Il travaille avec la Commission Météorologique à Montpellier (1886- 1889) avant de partir à Grenoble et enfin à Bar-le-Duc. Il prend sa retraite de l'armée française en 1910, en tant que lieutenant-colonel. Ses deux dernières publications majeures sont Notes de bibliographie des courbes géométriques (1897, 1899, publiée en deux tomes) et Courbes géométriques remarquables (1920, 1967 à titre posthume, aussi en deux tomes). Courbes géométriques remarquables a été écrite en collaboration avec T. Lemoyne.
 
     Il passe les dernières années de sa vie à Bar-le-Duc. On lui propose la présidence de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, dont il fut pendant longtemps membre et correspondant de plusieurs académies étrangères, mais il refuse. Il s'éteint le 16 janvier 1922 durant un voyage dans le district londonien de Kensington.
 
     Brocard a participé au congrès international des mathématiciens à Zurich en 1897, à Paris en 1900, à Heidelberg en 1904, à Rome en 1908, à Cambridge en 1912 et à Strasbourg en 1920.
 
SOURCE : Wikipédia
  © 2020-2021 aslm. Tous droits réservés.