Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Marcel BLANCHARD (27-2-1885 | 15-7-1965)

Section : Lettres - Siège : I
Professeur de la Faculté des Lettres - Recteur de l'Académie de Grenoble - Professeur à la Sorbonne
Elu(e) à l'Académie en 1937. Départ en 1941.
image membre

 

    Marcel Laurent Hippolyte Blanchard (1885-1965) est né à Montélimar (Drôme) le 27 février 1885 et décédé à Montpellier le 15 juillet 1965. D'origine haut-alpine, il est élevé à Montélimar jusqu'à l'âge de dix ans. En 1895, son père, receveur entreposeur des tabacs, est nommé à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie). Il va en classe au collège libre de cette ville et reçoit un enseignement dispensé par des prêtres séculiers avec lesquels il gardera des contacts d'amitié jusqu'à la fin de sa vie.

     Attiré un moment par l'armée, mais ne pouvant y entrer par suite de myopie, Marcel Blanchard prépare sa licence d'histoire et géographie comme boursier à Grenoble (Isère). Il rédige un mémoire d'études supérieures sur "Le sel en Savoie sous l'Ancien Régime", puis s'inscrit en préparation à l'agrégation d'histoire à Lyon. Reçu à l'agrégation en 1909, il est nommé au lycée du Puy-en-Velay (Haute-Loire), puis très rapidement à celui de Grenoble. Il y épouse Madeleine Blanchard, soeur du géographe Raoul Blanchard. Ils auront 4 enfants.

     Mobilisé en août 1914 comme lieutenant de réserve, il est grièvement blessé au bras (puis amputé) et perd un oeil en juin 1915 aux Dardanelles. Par la suite, il sera Président national des anciens Combattants de la Grande Guerre et à ce titre sera élevé au grade de Grand Officier de la Légion d’Honneur en 1939.

     Après une longue convalescence, il part à Genève pendant dix mois comme attaché au Consulat de France dans cette ville.

     Sollicité pour poursuivre une carrière diplomatique, il hésite puis opte pour l'Université. Il est nommé maître de conférence à la Faculté des Lettres de Montpellier en octobre 1919 et, en 1921, après la soutenance de sa thèse, il devient titulaire de la chaire d'histoire moderne et contemporaine. Nommé recteur de l'Université de Grenoble en 1941, il est révoqué en raison du soutien apporté à des étudiants juifs. Il est alors nommé à la Sorbonne en 1943, premier titulaire de la chaire d'Histoire de la colonisation

     De 1937 à 1941, il est membre de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier.

Principales publications :

    •       Les routes des Alpes occidentales à l'époque napoléonienne (1796-1815) ; thèse pour le doctorat présentée à la Faculté des lettres de l'Université de Paris par Marcel Blanchard. Grenoble, 1920

    •       Contribution à l'étude de la formation du département de l'Isère., 1914

    •       Géographie des chemins de fer, 1917

    •       La révolution industrielle au saint-simonisme : conférences faites à la Chambre de commerce de Montpellier en 1932

    •       Etude historique sur la polémique des chemins de fer dans le département de l'Isère, 1927

    .       Le Second Empire. Ed Armand Colin, 1950 (4° édition 1966).

 

                                                  Sources : Archives Départementales de l’Hérault

et Geneviève Voisin-Blanchard

  © 2020-2021 aslm. Tous droits réservés.