Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Francesco Di Castri (4-8-1930 | 27-08-2005)

Section : Sciences
Sous Directeur Général à l'UNESCO du programme sur l'Environnement
Elu(e) à l'Académie en 2001. Départ en 2005.
image membre

     Francesco di Castri, de nationalité italienne, poursuivit ses études universitaires à Milan, Montréal et Santiago du Chili, où il obtint le titre de docteur ès sciences animales en 1958, avant de se spécialiser de 1958 à 1960 en écologie à l'université de Padoue (Italie).

   Il fut professeur titulaire d'écologie et directeur de l'Institut de production animale à l'université du Chili à Santiago de 1961 à 1969, et professeur d'écologie et directeur de l'Institut d'écologie à l'université australe de Valdivia (Chili) de 1969 à 1971.

     En 1971, il entra à l'Unesco, en qualité de secrétaire général du programme MAB (l'homme et la biosphère) ; il devint par la suite directeur de la division des sciences écologiques de l'Unesco de 1974 à 1984, et lança le programme sur les réserves de la biosphère. En 1984, il quitte temporairement l’UNESCO et rejoint comme directeur le centre d'écologie du CNRS à Montpellier avec le grade de directeur de recherche. Francesco di Castri fut alors nommé président du groupe d'évaluation et de prospective sur l'environnement du ministère de la Recherche et de la Technologie et du ministère de l'Environnement (France, 1984-1986).

     Puis, le 29/06/1990, Frédéric Mayor, directeur général de l’UNESCO, le nomme sous-directeur général, chargé de la coordination des activités et programmes sur l'environnement et président du SCOPE (Scientific Committee on Problems of the Environment). À ce titre il est chargé de préparer la conférence de Rio. Elle se tint du 5 au 30 juin 1992, et eut un très fort retentissement international. F. di Castri a été aussi président de l'Union internationale des sciences biologiques (09/1991-09-1994). 

      Le décompte de sa production scientifique n’a pas réellement été fait. Les estimations vont de 20 à 35 pour ses ouvrages et de 350 à 700 pour ses articles. Certains de ces derniers furent traduits en 40 langues dans le cadre UNESCO.  En particulier, on trouve sur internet sa définition de la biodiversité en une douzaine de pages (1996).

      Il fut membre de plusieurs académies, dont celle de Montpellier (2001-2005), et docteur honoris causa de différentes universités. Il reçut des prix internationaux et distinctions du Canada, du Mexique, du Chili de la France, Italie, Hongrie, Russie, Inde et Indonésie. Il a enseigné à la Sorbonne et à Science Po (Paris).

 

  © 2018-2019 aslm. Tous droits réservés.