Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Jean Salvinien (25-5-1905 | 29-12-2001)

Section : Sciences
Professeur à la Faculté des Sciences
Elu(e) à l'Académie en 1970. Départ en 1996.
image membre
 
     Jean Salvinien a été élu à l’Académie des Sciences et des Lettres de Montpellier en 1970, il a occupé le fauteuil n°1, succédant à Antoine Faucon Professeur à la faculté de Pharmacie qui occupait ce fauteuil depuis 1916. 
Jean Salvinien est un berrichon né le 25 mai 1905 de parents instituteurs. Elève studieux, il poursuit ses études classiques au lycée de Châteauroux, quittant ainsi son berceau familial pour aller rejoindre sa tante, elle-même libraire dans cette ville.
     Après de brillantes études secondaires, il passera deux fois l’agrégation de physique chimie, en 1933 et 34. Nommé le 3 août 1934 à son premier poste de professeur agrégé, c’est au lycée de la Roche-sur-Yon qu’il enseignera les sciences naturelles. Un an après il est muté à Pau pour deux années, pour y enseigner la physique et la Chimie. En 1937 il rejoint la bonne ville d’Angoulême, berceau de la famille de son épouse, il y restera jusqu’en 1940.
     C’est à partie de cette ville, que Jean Salvinien renoue d’anciennes relations et se lance dans des programmes de recherches. Tout en continuant à enseigner, il prépare un doctorat d’Etat : »Dispersion protégée d’un corps insoluble dans un gel ou un sol colloïde stable », qu’il présente en Sorbonne en 1945.
     Sa grande attirance vers les lettres classiques, le conduit dès ce moment à créer une section de l’Association Guillaume Budé. Section qu’il animera avec beaucoup de succès. 
     On doit sa venue à Montpellier en 1949, à Pierre Guillon, alors recteur de l’Université de Montpellier. Ces premiers travaux seront réalisés à l’école de Chimie sous la direction de Max Mousseron, mais c’est avec le Doyen Canals, qu’il commencera à s’intéresser plus particulièrement aux phénomènes de diffusion de la matière et particulièrement celle des électrolytes de l’eau.
     Il profite des nouvelles installations du campus de la faculté des sciences en 1960, pour créer son propre laboratoire en l’équipant d’un dispositif de détection des éléments radioactifs, « Packard ».  De nombreuses publications scientifiques émailleront son cheminement de recherche, dont les premières portent sur l’étude des phénomènes de Liesegang.
     En 1957 il obtient le prix « Philippe A Guye » décerné par l’Académie des Sciences. 
C’est cependant cette même année qu’il va rejoindre le « Caltech de Pasadena » et fera la connaissance du Professeur Linus Pauling, prix Nobel de Chimie, pionnier de la biologie moléculaire et grand spécialiste de la technique des rayons X. De cette union dans les travaux de recherche va naître une profonde amitié qui liera les deux hommes durant toute leur vie. 
     Pour Jean Salvinien une nouvelle ère commence. Unanimement reconnu par le monde scientifique, il crée à Montpellier une section « méditerranéenne » de la Société de Chimie Physique. De plus il établit avec le monde des entreprises des relations de travaux de recherches en particulier avec les compagnies pétrolières. Sensible au monde « Rationaliste », il publie avec E Kahane un ouvrage de vulgarisation sur les « détectives de la science ».
      En 1972, il est admis à l’honorariat, qui sera salué par un long discours en vers de douze pages écrit par son collègue et ami, Ernest Kahane.
      Homme distingué, sa diplomatie en 1961, a facilité l’implantation des bâtiments de la faculté des Sciences. Grand sportif, il a toujours pratiqué le tennis, qu’il a d’ailleurs amené à jouer avec Borotra. Admirateur de sa « séduisante compatriote », Georges Sand, il a su nous en présenter des travaux inédits.
     Jean Salvinien est décédé en 2001 dans ses quatre-vingt seizième années. Il était Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier des Palmes Académiques.
 
  © 2018-2019 aslm. Tous droits réservés.