Academie des Sciences et Lettres de Montpellier

Paul Marres (10-9-1893 | 29-09-1974)

Section : Sciences
Professeur à la Faculté des Lettres
Elu(e) à l'Académie en 1947. Départ en 1974.
image membre

     Paul Marres naît le 10 septembre 1893 à Toulouse (Haute-Garonne) de parents bretons et normands et décède le 29 septembre 1974 à Montpellier (Hérault).

Fils d'instituteur et petit-fils d'un déporté, victime du Coup d'Etat du 2 décembre 1851, il acquiert une vaste et profonde culture humaniste tout en concevant un mépris de la bourgeoisie intéressée.

     Élève du lycée de Montpellier de 1909 à 1911, puis étudiant à la Faculté des Lettres de Montpellier, il est mobilisé en septembre 1915 au 24e régiment d'infanterie coloniale sur le Front de Lorraine. Parti au Front comme caporal le 10 février 1916, il est nommé sous-lieutenant le 6 mai 1917. Il se marie le 17 août 1917 à Marie-Jeanne Serre, originaire d'Aniane (Hérault). Le couple élève cinq enfants. Fait prisonnier le 30 mai 1918, Paul Marres reste en Allemagne jusqu'à la démobilisation. Nommé lieutenant, il est titulaire de la Croix de guerre 1914-1918.

     Paul Marres reprend ses études, obtient l'agrégation d'histoire et géographie en 1922, puis enseigne aux collèges de Carpentras (Vaucluse) en 1920-1921, de Pézenas (Hérault) en 1921-1922, aux lycées de Foix (Ariège) en 1922-1923 et de Montpellier de 1923 à 1932.

     Élève de Jules Sion (1879-1940) à la Faculté des Lettres de Montpellier, sous la direction duquel il rédige son Diplôme d'Etudes Supérieures sur "Le Lodévois", il devient ensuite de 1932 à 1939 son assistant. Il prépare ses thèses sur "Les Grands Causses" qu'il soutient en Sorbonne en 1935 (il obtient la mention très honorable à l'unanimité).

     Nommé professeur de géographie à la Faculté des lettres de Bordeaux (Gironde) de 1939 à 1941, il succède ensuite à son maître Jules Sion à la chaire de géographie de l'Université de Montpellier, poste qu'il occupe de 1941 à 1965 (date de son départ à la retraite).

     Paul Marres est mobilisé en septembre 1939. Après l'armistice de juin 1940, il n'accepte ni l'Occupation ni le triomphe du fascisme et, lorsque le Front national (issu du Front populaire) est créé en 1942, il est nommé à la tête du comité départemental de l'Hérault, en devenant l'animateur et le ciment principal. Sa sensibilité et son intelligence de la situation lui permettent de maintenir la cohésion nécessaire entre l'idéologie des FTP (Francs Tireurs et Partisans) et les autres familles politiques. Il échappe de peu à la Gestapo mais, en 1944, son fils, le lieutenant Louis Marres, officier FTP, tombe en service commandé.

     Le géographe Paul Marres s'intéresse à toutes les disciplines de sa matière et se tient particulièrement au courant de tous les travaux universitaires de recherche afin de pouvoir transmettre à ceux qu'il a la charge d'instruire le maximum de connaissances. Il communique aussi son savoir dans diverses associations telles la Société Languedocienne de Géographie (dont il est le président de 1945 à 1965), la Société Populaire de l'Hérault et le Club Cévenol. Il est membre de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier de 1947 à 1974.

     Deux fois par an, à Pâques et en septembre, il reçoit les instituts de géographie écossais et anglais auxquels il présente, lors d'excursions, le Languedoc, des Causses à la Camargue.

     Il entretient par ailleurs d'étroites relations avec le botaniste Charles Flahault (1852-1935), inspirateur de sa thèse sur les "Grands Causses" et c'est en sa compagnie que Paul Marres parcourt inlassablement à pied les étendues caussenardes. Il fréquente aussi les botanistes, géologues et géographes Georges Kuhnholz-Lordat (1888-1965), Louis Emberger (1897-1969), Paul Marcelin (1886-1973), Hervé Harant (1901-1986).

     Après l'honorariat, Paul Marres (chevalier de la Légion d'Honneur depuis 1953) se retire à Aniane où il continue à écrire articles, chapitres ou préfaces pour des ouvrages consacrés à la région languedocienne.

     Ses publications ont été distinguées par divers prix : en 1937, Paul Marres reçoit notamment le deuxième prix Gobert de l'Académie Française, le prix F. Fournier de la Société de Géographie de Paris et le prix Meurand de la Société de Géographie commerciale de Paris.

 

Biographie extraite de la présentation du fonds "Paul Marres"

des Archives Départementales de l'Hérault (Pierres Vives)

  © 2018-2019 aslm. Tous droits réservés.